Les événements

L'agenda complet

Foule Sentimentale

France Inter, 116 Avenue du Président Kennedy, 75016 Paris

Das Kino

Le Nid, Tour de Bretagne, Place de Bretagne, 44047 Nantes

La Maison Tellier

C.H.R.S. (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) Rouen

Autour des liens

Tous les articles

Foule Sentimentale, France Inter

Parce que la culture n’est pas un luxe, mais une nécessité, « Des liens » est un collectif d’artistes musiciens, d’acteurs culturels et de dessinateurs qui, dans plusieurs villes françaises, se proposent d’agir localement pour que les salles de spectacle s’ouvrent davantage aux personnes en précarité, et que des rencontres avec des artistes soient initiées. Pour contribuer à rétablir un peu de lien dans une société toujours plus inégalitaire et excluante Après avoir lancé le collectif au niveau national, Dominique A, lancera pour commencer, « Des liens » à Nantes, le 31 mars à Stereolux. Il sera présent pour nous donner des nouvelles.

Rts

Comme d’autres villes en France, Nantes est confrontée à la précarité et à l’exclusion sociale d’une partie de ses habitants. Pour y faire face, des engagements et des initiatives comme celle du chanteur Dominique A visent à faciliter l’accès à la culture…

Ecouter

Des Liens sur Facebook

En tant qu’artistes musiciens, musiciennes, chanteurs et chanteuses, nous aspirons généralement à nous adresser à tous : mais tous ne peuvent venir aux concerts, à plus forte raison ceux qui n’en ont pas les moyens. Les dernières statistiques font état d’environ 9 millions de personnes touchées en France par la pauvreté, soit un million de plus qu’il y a 10 ans.

Quand certaines places sont vides, l’artiste s’interroge sur sa valeur ; il peut aussi se poser la question de sa responsabilité : qu’aurait-il pu faire pour que ces places ne soient pas vacantes ? Il existe une réponse simple : permettre à ceux qui ne peuvent se les offrir de les occuper.

L’art, via l’émotion collective qu’il génère, offre la possibilité de nouer ou de renouer un lien essentiel pour qu’une personne, en situation de précarité, ou pas, puisse se sentir et se reconnaître parmi ses semblables dans la société. Une société ne peut se construire sans ce lien né du partage de la culture et de l’art, qu’une assiette pleine ou un toit, aussi indispensables soient-ils, ne suffisent pas à entretenir, ou à rétablir.

Les artistes sont régulièrement sollicités pour participer à des événements favorisant l’accès d’un public démuni aux spectacles. Mais ils sont eux-mêmes trop rarement initiateurs de tels projets, qui en outre ne les engagent souvent pas dans la durée et dont ils ne ressentent pas toujours les effets.

Parce que nous considérons que la lutte contre la précarité et la pauvreté, qui dénient le droit à la culture, est un enjeu majeur dont la classe politique de ce pays n’a toujours pas pris la pleine mesure, en dépit des discours, nous, musiciens, musiciennes, dessinateurs et acteurs du monde de la culture, aspirons à un engagement plus actif autour de notre activité, engagement ancré en particulier sur l’accès aux salles de spectacles, puisque ce sont les lieux où nous exerçons notre métier, et en initiant des rencontres en partenariat avec des organismes sociaux et des médiateurs : l’idée étant de promouvoir un engagement de chacune et de chacun dans la ville ou la région dans laquelle il vit. Il nous semble en effet qu’un engagement sur le plan local est plus à même de favoriser des échanges et des dialogues suivis entre les acteurs sociaux, culturels et les publics en précarité : une démarche sur le terrain, pragmatique, à hauteur d’homme, sans grandes orgues ni surmédiatisation.

Bien sûr, l’objectif n’est pas pas de substituer une nouvelle action à des initiatives déjà menées dans de nombreuses villes, mais d’appuyer, de soutenir celles déjà en cours, et surtout d’initier une dynamique collective, incluant tous ceux qui œuvrent avec nous dans les métiers du spectacle, producteurs, programmateurs et techniciens, dans les endroits où ce type de démarche demande à être impulsée et développée.

Ce texte est à prendre comme un appel, ouvert à tous les musiciens, à tous les dessinateurs, et au delà, à tous les artistes désireux de s’impliquer sur ce terrain. Le premier objectif étant l’organisation en fin mars début avril d’une série d’événements dans des villes comme Bordeaux, Nantes, Paris et Rouen (liste bien entendu non exhaustive) avec des concerts et discussions dans des restaurants sociaux et centres d’accueil, ainsi que dans des salles de concerts où tous publics seront conviés.

Dominique A

Logo et illustration par Hervé Tanquerelle